Insolite: Quand l’Usage modifie le Code!

Bien analyser les usages possibles des outils et services mis à disposition des utilisatrices et utilisateurs est un impératif. Sinon tout changement aura un coût conséquent. Cela peut paraitre évident pour la plupart mais manifestement, même pour une PME dans un garage comme Youtube (et donc Google), c’est un concept en cours d’apprentissage. Pas convaincu? Et pourtant…

Ce matin tombait cette info plutôt insolite: les codeurs de Youtube ont dû changer le nombre maximal de visionnages vus pour chaque vidéo. Incroyable, mais vrai.
Les têtes pensantes en amont avaient spécifié que 2 milliards de vues (soit 2 147 483 647 vues) suffiraient amplement. C’était sans compter sur l’intelligence humaine démesurée qui a regardé 2 154 856 936 la vidéo du clip Gangnam Style, à l’heure où ces modestes lignes sont écrites.

Gangnam Style dépasse le plafond de vues possibles

Gangnam Style dépasse le plafond de vues possibles

Conséquente technique: il a fallu corriger l’entier, codé sur 32 bits, et le remplacer par un entier codé sur 64 bits. Pour les plus profanes d’entre vous ou allergiques aux mathématiques, cela revient à faire passer le plafond de visionnage à 9 quintillions – en clair 9 223 372 036 854 775 808 vues. De quoi se garder une belle marge de manœuvre.

L’histoire ne dit pas combien à coûter la modification et surtout toute la phase de test, livraison et mise en ligne à Youtube. Encore moins si le ou les fins penseurs (ou fines penseuses) d’un tel bug potentiel ont été remercié(e)s.
En espérant que ça ne soit pas les mêmes que pour la Google Car!

Source: LeMonde.fr

Publicités

L’ergonomie, c’est d’abord la fiabilité

L’ergonomie, c’est d’abord la fiabilité… et la fiabilité, au sens large. Ainsi quand Chrome 30 (sic!) ouvre 6 instances (cf. image ci-dessous) et 250Mo de RAM utilisée, pour 1 seul onglet d’ouvert, il y a de quoi s’arracher les cheveux. Votre ordinateur, suivant les autres applications qui tournent et la mémoire vive installée, peut même avoir des difficultés à répondre. Mais derrière cette aberration, comme l’arbre qui cache la forêt, on peut légitimement se demander comment est codé le logiciel utilisé. In fine, suivant l’agacement de l’utilisateur, il pourra même changer de logiciel.

fiabilite_chrome

Nos ordinateurs sont effectivement de plus en plus puissants. Est-ce une raison pour coder n’importe comment au point de négliger les performances du logiciel?
Ce fut d’ailleurs une des plus anciennes critiques les plus souvent formulées à l’encontre de Firefox. Après de nombreuses modifications, de nombreuses versions, de tests utilisateurs, le résultat est là.
Ainsi pour le même test, un onglet ouvert, notre renard de feu en version 24 n’ouvre qu’une seule instance de 160 Mo. A côté de ça, pire que Chrome, Opera 17 nous offre 5 instances + une nommée joliment crash_reporter de 1Mo environ. Rassurant, non?

Et pour les mauvaises langues osant prétendre que le test doit être fait sur plusieurs onglets… le résultat est le même. Sur 8 onglets ouverts, Chrome prend plus de 440 Mo et franchit la barre des 14 instances… quand Firefox tourne autour des 350 Mo avec la même instance.
Et pour les langues de vipère osant imposer de ne pas ouvrir autant d’onglets, on rappellera que l’utilisateur fait ce qu’il veut avec les outils qu’il a sa disposition. Si en marketing, le client est roi, en ergonomie du logiciel, l’utilisateur est empereur sur son outil de travail ou de loisir!

Moralité: je suis repassé à Firefox, sans aucun regret.

Tests effectués avec les pages d’accueil de google.fr (test 1 onglet) puis avec lemonde.fr, le parisien.fr, ladepeche.fr, latribune.fr, liberation.fr, rfi.fr, tdg.ch, lapresse.ca (test 8 onglets)