Déraillement de Train à New York : Encore un problème d’Ergonomie

Il suffisait de voir une photo aérienne de l’accident: les wagons sont sortis des rails dans le virage. Survitesse!

Déraillement Train New York Source 20minutes.fr

Et de lire, alors, le détail de la tragédie dans le texte joint : « Selon le gouverneur de New York Andrew Cuomo, les trains doivent à cet endroit ralentir de 112 km à 48 km par heure, mais plusieurs passagers ont affirmé que le train allait «beaucoup plus vite» qu’à son habitude en arrivant dans la courbe. » Évidemment le conducteur du train va être encore montré du doigt et lâché aux chiens des médias.

Cela rappelle instantanément le récent déraillement intervenu en Espagne où là encore, le pire aurait certainement pu être évité.

Situation encore plus incroyable, le train roulait à 195 Km/h au lieu des 80Km/h demandé par la signalisation. Là encore, les conducteurs, responsables de la tragédie, sont devenus rapidement les uniques coupables.

Mais quels esprits aussi prétentieux que haut placés ont encore cru bon d’ignorer le facteur humain?
Comment ont-ils pu croire possible, humainement, le freinage d’un train de plus de 100Km/h juste après une portion à haute vitesse et cela quotidiennement!

Et là encore, aux USA comme en Espagne, on découvrira que les sécurités étaient débrayées ou pire qu’ils n’y en avaient pas.
Ainsi à Saint Jacques de Compostelle, le système européen de surveillance du trafic ferroviaire (ERTMS), permettant la limitation automatique de la vitesse, n’était pas obligatoire, et n’avait donc pas été installé.
Encore une histoire de gros sous.

Gros sous, encore, rappelons nous cette explosion colossale suite au déraillement d’un train d’hydrocarbure au Canada, à Lac-Mégantic. Même topo. Tout reposait encore sur les seules épaules d’un seul homme. Un seul jour, où il a oublié. Un seul jour et ce fut la tragédie.


La responsabilité directe revient, dans les faits, au conducteur qui aurait oublié d’actionner un des freins à main.

Mais sur le papier, la responsabilité doit revenir aussi:
– aux dirigeants de la compagnie Montreal, Maine & Atlantic, faisant circuler volontairement des trains vétustes avec des systèmes de sécurité obsolètes, déjà mis en cause dans des déraillements!
– au ministère des Transports car, quelques mois avant la catastrophe, la compagnie MMA avait eu la permission de Transports Canada, ledit ministère, de réduire son équipage de 2 à 1 seule personne.
– au législateur très permissif puisque les sociétés ferroviaires et les employés décident eux-mêmes des mesures de sécurité à appliquer
Il n’y a qu’à lire cet article du Journal de Montréal pour être étonné qu’une telle catastrophe n’ait pas eu lieu… avant

Une bonne ergonomie des systèmes, qu’ils soient des interfaces purement informatiques ou mécaniques, doit être indispensable pour empêcher sinon prévenir les défaillances humaines. L’utilisateur ne peut pas devenir l’unique responsable.
Et malheureusement, cette ergonomie de prévention coûte de l’argent, beaucoup d’argent. Des sommes que certaines personnes inconscientes préfèrent affecter ailleurs (parfois dans leur poche) au détriment de la sécurité et des vies humaines.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s